05 45 97 41 60 - service gratuit + prix appel

Lundi au vendredi de 9h - 18h

  • Accueil
  • Dublin, the Trinity College et « the Book of Kells », à voir absolument

Rechercher un séjour

Actualités

12 comptes instagram à suivre pour progresser en anglais

12 comptes Insta à suivre pour booster son anglais

Pourquoi ne pas suggérer à vos élèves ou vos enfants de suivre dans leur feed Insta quelques comptes susceptibles de les aider à apprendre l’anglais, sans avoir l’impression de suivre un cours ?

En savoir +

Comment choisir ?

Comment choisir un séjour linguistique ?
Voici un guide pratique pour tout savoir : âge, destination, modes d'hébergement, types de séjours, pièges à éviter, etc.

 

Témoignages

Très bon voyage

Ce voyage m'a permis d'améliorer mon Anglais et de découvrir la culture Anglaise. J'ai été ravie ...

Margaux M.

Blog

Retrouvez sur le blog de SILC des billets sur les séjours à venir, les offres spéciales, ou encore des actualités sur la culture, le voyage et les langues. 

 

Brochures

Consultez en ligne ou recevez gratuitement les brochures séjours linguistiques, colonies de vacances, voyages scolaires.

 

Pourquoi choisir SILC ?

Certification NF Service, membre de l'OFFICE, permanence 24/7,... quels sont les avantages de choisir SILC pour votre prochain voyage ?

 

Dublin, the Trinity College et « the Book of Kells », à voir absolument

 

 

Le Trinity College de Dublin est une étape obligatoire de tout voyage en Irlande. Célèbre pour sa bibliothèque, il héberge notamment « the Book of Kells », le livre de Kells.

 

Trinity College

 

Le Trinity College de Dublin est la plus ancienne université d'Irlande. Elle date de 1592 et a longtemps été la seule université du pays.

 

Elle était réservée aux étudiants masculins protestants. Les premiers élèves catholiques hommes furent admis en 1793. Les élèves des autres confessions religieuses furent autorisés à partir de 1873. Par contre, il fallut attendre 1904 pour que la première femme étudiante y soit admise.

 

En 2015, plus de 19 ha sont ainsi consacrés au savoir et à l'enseignement. Les bâtiments modernes côtoient les constructions historiques en centre-ville mais aussi au sud de Dublin. Elle accueille des étudiants du monde entier. Très sélective, elle compte environ 15 000 élèves parmi les meilleurs du monde. 

 

Ouverte au public, elle compte chaque année de nombreux visiteurs, plus 500 000 en 2015. Ces derniers peuvent découvrir l'université mais aussi ses trésors architecturaux et ses livres anciens. Le campanile, les « rubrics » ou la chapelle méritent le détour.

 

The Old Library

 

The Old Library est une bibliothèque d'une richesse incroyable. Elle est spécialisée dans les livres rares et anciens. Elle en compte plus de 200 000, dont le célèbre « Book of Kells ». Elle vaut le détour pour son impressionnante décoration et son côté majestueux.

 

Pour autant, impossible de compulser ses trésors. Vous devrez obtenir une autorisation spéciale du Trinity College pour cela. Certains ouvrages sont exposés sous vitrine, permettant de lire quelques extraits. 

 

La harpe celtique, dite harpe de Brian Boru, symbole de l'Irlande, y est également exposée. Les bustes d'étudiants célèbres ayant fréquenté l'université y sont présentés. Vous ferez ainsi la connaissance de Samuel Beckett, Jonathan Swift ou Oscar Wilde. Ou encore George Bernard Shaw, Ernest Walton ou William Butler Yeats, parmi les prestigieux étudiants qui ont parcouru ces murs.

The Book of Kells

 

Son histoire

 

The Treasury est une exposition autour de l'enluminure irlandaise. Toutes les étapes pour fabriquer un livre sont retracées, dans la tradition celtique médiévale. Vous y apprécierez le travail de copiste ou d'enlumineur.

 

Cette exposition est rendue célèbre par la présentation d'un livre unique, rare et précieux. Le « Book of Kells » est aussi appelé « Grand Evangile de Saint Colomba ». Ses 680 pages restantes regroupent les quatre évangiles en latin du Nouveau Testament.

 

Ce fabuleux témoin des arts du Moyen-Age remonte au IXe siècle. Les textes y sont délicatement calligraphiés. Chaque page regorge d'enluminures très détaillées. Ce livre constitue un des vestiges de l'art religieux médiéval des plus remarquables. L'esthétisme a été privilégié par rapport à l'utilité. Cela a permis d'obtenir ce magnifique manuscrit mondialement connu.

 

Des moines l'auraient exécuté vers l'an 800 mais cette date est sujette à caution. Il est difficile de savoir si c'est la date de début ou d'achèvement du livre. Certains disent qu'il daterait du VIe siècle. Au moins quatre copistes et deux artistes ont participé à sa réalisation.

 

Ces moines furent chassés de leur île de Iona par les Vikings. Ils se réfugièrent au monastère de Kells. Ce lieu donna son nom à cet ouvrage.

 

A l'origine, le « Book of Kells » est utilisé pour le service religieux. Il sert à lire des passages des évangiles pendant la messe. Il est donc conservé dans la sacristie et non dans la bibliothèque de l'abbaye.

 

Son vol en 1007 occasionna des dommages au précieux manuscrit. Sa reliure, ornée d'or et de pierres précieuses, lui fut arrachée ainsi qu'une trentaine de pages. Son écrin disparut aussi à cette époque. Il fut enterré avant d'être retrouvé et restitué à l'abbaye de Kells. 

 

En 1654, une garnison de cavalerie s'établit dans l'église. Le « Book of Kells » fut alors envoyé à Dublin pour sa protection. Une première présentation du livre au Trinity College eut lieu en 1661. Il n'a plus quitté cette université depuis cette époque.

 

Plusieurs reliures au fil des ans ont occasionné des dégâts. Les insectes ont aussi contribué à sa dégradation. En 1953, il fut séparé en quatre ouvrages, un pour chaque évangile. Des fac-similés ont été réalisés en 1951 et en 1986.

 

Son contenu

 

Les quatre évangiles du « Book of Kells » sont écrits en latin. Des pages supplémentaires, en irlandais, mentionnent des possessions de l'abbaye de Kells. On y trouve également quelques listes en hébreu. Son ornementation va du minuscule détail soulignant le texte à la pleine page. 

 

Les folios sont en vélin d'environ 33 * 25,5 cm d'épaisseur inégale. L'encre ferro-gallique, les encres de couleur et le noir de carbone ont servi à la rédaction. L'écriture est en style « majuscule insulaire ». Les motifs d'ornementation ont été faits par la superposition de couches de pigment. Certaines illustrations comptent jusqu'à dix couleurs.

 

Chaque page possède une ou plusieurs illustrations de qualité. Sur certaines, les minuscules motifs servent à mettre en avant une partie du texte. Sur d'autres, les décorations occupent tout l'espace. Les premières lignes des sections des textes liminaires sont particulièrement soignées. De même, les premiers mots de chaque évangile font l'objet d'un enrichissement très travaillé.

 

L'iconographie de cet évangéliaire est riche et complexe. Les dessins religieux y côtoient les symboles celtiques. En effet, on y retrouve des entrelacs, des labyrinthes microscopiques, des animaux et des noeuds complexes. Des petits personnages humains ou zoomorphes sont disséminés tout au long de l'ouvrage. D'autre part, on y trouve des portraits des évangélistes, de Jésus ou de la Vierge.

 

Ce qui surprend le plus est la complexité de ces enrichissements. Par exemple, une décoration de 6 cm2 contient 158 entrelacs. Des loupes sont nécessaires pour apprécier la subtilité de certaines d'entre elles.

 

Les immanquables d'Irlande

 

 

 
Une dernière hésitation ?
Laissez-nous vous apporter un conseil personnalisé :
Civilité * M. Mme
Prénom *
Nom *
Votre adresse email *
Votre N° de téléphone

Merci de préciser jour(s) et horaire(s) où vous êtes joignables

 
* (champs obligatoires)
×