05 45 97 41 60 - service gratuit + prix appel

Lundi au vendredi de 9h - 18h

  • Accueil
  • Aurores boréales en Alberta, l'incontournable d'un voyage au Canada

Rechercher un séjour

Offres spéciales

-150€ sur votre voyage scolaire 2019/2020

Pour toute réservation d'un voyage scolaire avant le 30/09/2019, SILC vous offre une remise exceptionnelle de 150€ pour le groupe. Demandez un devis dès maintenant pour un voyage personnalisé.

 
Du 09 Avril 2019 au 30 Septembre 2019
Voir programme

Réductions sur les Aventures Linguistiques

SILC propose des réductions allant de 50 à 100€ toute l'année sur la gamme de séjours "Nouvelles Aventures Linguistiques".
Découvrez-les ci-dessous :

 

Du 01 Janvier 2019 au 31 Décembre 2019
Voir programme

Pourquoi choisir SILC ?

94% des participants qui recommanderaient SILC, certification NF Service, membre de l'OFFICE, permanence 24/7,... quels sont les avantages de choisir SILC pour votre prochain voyage ?

 

Témoignages

Une expérience enrichissante

C'est une expérience enrichissante. Je reviens changé. Je suis plus autonome et responsable. La fa ...

Clément G.

Aurores boréales en Alberta, l'incontournable d'un voyage au Canada

 

 

Tout voyage au Canada se doit d'avoir un passage dans la région d'Alberta. En effet, un spectacle unique au monde vous y attend : des aurores boréales. C'est l'un des phénomènes naturels les plus beaux et les plus spectaculaires qui soient.

 

Aurore polaire

 

Le phénomène lumineux coloré, aperçu dans le ciel la nuit, est une aurore polaire. Si l'on se trouve dans l'hémisphère sud, on parlera d'aurore australe. Si l’on est dans l'hémisphère nord, on l'appellera aurore boréale.

Ce phénomène résulte d'une interaction entre haute atmosphère et vent solaire. Il se produit généralement dans la zone aurorale proche des pôles magnétiques. Elle représente une zone comprise entre 65° et 75 ° de latitude. L'Antarctique, le Groenland, l'Alaska, la Laponie, l'Islande et le nord du Canada sont particulièrement concernés.

Plus l'activité magnétique solaire est intense, plus l'aurore se voit dans des zones proches de l'équateur. Ainsi, l'éruption solaire de 1859 a rendu visible le phénomène jusqu'à Honolulu, en 1909, jusqu'à Singapour et en 2003 jusque dans le sud de l'Europe.

On peut les classer en deux grandes familles : formes discrètes et formes diffuses. 

Les aurores boréales discrètes s'expriment en longs arcs ou bandes ondulants. Elles apparaissent donc plutôt fines et longues à l'infini. Le meilleur moment pour les voir se situe entre 22h et 1h du matin. Homogènes ou rayées, elles ressemblent à des feuillets lumineux. 

Les aurores boréales diffuses, dites quiescentes, occupent un large espace dans l'atmosphère. Elles apparaîtront sous forme de tâches, de voiles ou de lueurs. Même si les contours sont flous, elles restent uniformes. Leur observation se fait de plutôt de minuit à 2h du matin.

Le phénomène est connu depuis fort longtemps, des milliers d'années en fait. Pour autant, son explication est récente, grâce à l'exploration spatiale. En 1975, un programme franco-russe a permis de créer artificiellement une aurore polaire. En 2015, on est capable de prédire leur survenue. Par contre, leur durée est encore difficile à estimer pleinement. Des sites internet vous permettent d'être avertis ou de suivre en direct les phénomènes.

 

Le spectacle unique des aurores boréales 

 

Cela se manifeste par de sublimes voiles de couleurs vives dans le ciel nocturne. Ces couleurs viennent des différents gaz excités revenant à la normale. 

L'azote et l'oxygène sont les deux principaux gaz participant au phénomène. Le premier prend une teinte bleu-vert en basse altitude et violette en haute altitude. Le second est vert dans les basses couches et rouge vif dans les hautes couches. Les teintes bleues et mauves sont dues à l'hydrogène et à l'hélium.

Pour profiter du spectacle, il faut savoir fuir leurs trois principaux ennemis. Le plus évident est la pollution lumineuse issue de l'activité humaine. De même, la lune est également une source de pollution lumineuse. Enfin, les nuages sont les plus redoutables. Ils cachent entièrement le spectacle vous privant ainsi de ces merveilleuses couleurs.

Vous trouverez le ciel le plus limpide au parc national de Wood Buffalo en Alberta. Cette région du Canada est l'endroit idéal pour ce type d'observation. La pollution lumineuse y est inexistante sur plusieurs centaines de kilomètres. En effet, aucune grande ville n'est à proximité, et il n'y a pas d'habitation dans une très large zone. Par conséquent, vous profiterez pleinement de cette expérience inoubliable. Point de détail : ce parc national est, à l'origine, une réserve pour les bisons !

Vous en verrez souvent en hiver et de nuit. En effet, les longues nuits de l'hiver canadien sont propices aux aurores boréales. Les périodes idéales d'observation sont les mois de septembre-octobre et de février-mars. Pensez-y lorsque vous préparerez votre voyage au Canada.

Le Nunavik au Québec et le nord de l'Alaska ont quasi quotidiennement des aurores boréales. Ils sont situés dans les hautes latitudes, de 64 à 87 ° de latitude nord. Plus bas, vous pourrez en observer à la ville de Québec, Ottawa ou Montréal. Leur fréquence y est d'une à trois nuits par mois.

Les aurores boréales peuvent faire l'objet d'un voyage scolaire éducatif exotique. Les élèves apprécieront les paysages du Canada, ceux de l'Alberta comme ceux du Québec. Ils apprendront, de façon ludique, des notions de physique et de chimie inhabituelles. Cela peut aussi être des voyages à la découverte du Canada et de sa nature. Dans tous les cas, c'est une ouverture sur un autre monde, un autre pays.

 

Les légendes

 

Comme tout phénomène longtemps inexpliqué, cela a engendré de nombreuses légendes et croyances diverses. Elles peuvent être aussi bien positives que négatives, ou les deux.

Ainsi, c'était un mauvais présage en Europe au Moyen-Age. En effet, les aurores boréales y étaient associées à la couleur rouge. Or, cette couleur représentait le sang et la guerre.

Au Canada, les chamans des Inuits disaient que c'était un passage vers les dieux. Ils y faisaient des voyages pour en rapporter des médecines pour soigner leur peuple.

Les Algonquins*, quant à eux, y voyaient un signe du Créateur. Ces feux signalaient la présence de ce dernier aux hommes. 
* peuple autochtone installé en majorité au Québec

Les Esquimaux pensaient que c'était la danse des esprits des animaux morts. Ils y retrouvaient les rennes, les bélugas, les phoques ou les saumons, par exemple.

Les Indiens de l'ouest canadien y voyaient un bon présage. Ils pensaient que de gentils géants leur éclairaient la route avec d'immenses torches.

 

Les photos

 

Photographier une aurore boréale ne se fait pas sans quelques précautions. 

Pour réussir vos photos, il faut d'abord un bon matériel, qui permet les pauses longues. Il faut également se munir d'un pied, indispensable dans ce cas. 
Pour avoir suffisamment de recul et un beau paysage, il faut opter pour un grand angle. Préférez la mise au point manuelle à l'autofocus, qui n'est pas adapté pour ce spectacle. 
Le temps de pause va dépendre de la luminosité de l'aurore. Il peut aller de 10 à 40 secondes. La sensibilité généralement conseillée est de 800 iso. 

Pour les appareils photo numériques, on privilégiera un reflex. Il devra avoir au moins 6 millions de pixels soit 6 Megapixels. Cela correspond à un tirage en 8x12 cm environ. Pensez aux batteries de rechange pour ne rien perdre de la magnificence de la nature.

Bien sûr, ces préconisations s'adaptent en fonction du « sujet », très changeant. La plus belle photo restera dans votre mémoire à vie.

 

Les immanquables du Canada

 

Une dernière hésitation ?
Laissez-nous vous apporter un conseil personnalisé :
Civilité * M. Mme
Prénom *
Nom *
Votre adresse email *
Votre N° de téléphone

Merci de préciser jour(s) et horaire(s) où vous êtes joignables

 
* (champs obligatoires)
×